Rechercher
  • ATZ Music

Le déchiffrage au piano

Mis à jour : mars 9



Le déchiffrage au piano:


Qui n’a jamais rêvé de s’asseoir derrière un piano et de jouer immédiatement un morceau qu’il n’a jamais vu, ni entendu.

Est-ce possible?

Ou juste juste un mythe afin de décourager tous les piètres lecteurs qui passent des heures à rejouer leurs morceaux durement acquis, afin de ne pas les oublier.


En effet, certaines pièces pianistiques peuvent prendre des semaines, voire des mois afin d’être parfaitement maitrisées.

L’idée de jouer un morceaux dit “à vue” vous semble improbable, certes, mais il est tout à fait possible de jouer une pièce d’un bout à l’autre immédiatement.


En tant que professeur de piano, lorsque je propose à mes élèves de choisir une pièce à jouer, il m’est indispensable de pouvoir jouer à vue, afin de pouvoir proposer une multitude de morceaux ; même si aujourd'hui les moyens technologiques nous permettent en deux clics d’écouter n’importe quelle pièce.

« J’ai du mal à imaginer Frédéric Chopin prendre son smartphone, aller sur youtube pour faire écouter une oeuvre à ses élèves. » L’image est plutôt grossière, vous me l’accordez.


J’ai pour habitude de dire que le déchiffrage est indispensable pour un pianiste qui souhaite jouer des oeuvres du répertoire pianistique, soit de la musique écrite.

“Tout arrive à celui qui sait attendre”, je dirai même plus, tout arrive à celui qui se donne les moyens nécessaires de réussir.



Pour le déchiffrage, en effet, le temps passé, les heures de travail ne se comptent pas, des années seront nécessaires afin d’aboutir à des résultats satisfaisants.

N’oubliez pas le temps joue un rôle fondamental dans l’apprentissage de la musique en général, ce n’est pas en cinq ans de piano que vous pourrez jouer la Capanella de Franz Liszt, ou des études de Frédéric Chopin.


Certains de mes élèves jouent de très belles pièces, comme des valses, des nocturnes de Chopin, des impromptus de Schubert, des consolations de Liszt, mais à quel prix.

Certains d’entre eux passent des mois à tourner les mesures en boucle afin d’assimiler toutes les informations, et de pouvoir jouer l’oeuvre.


Faisons la comparaison entre deux profils d’élèves que je rencontrent à l’école de musique :


Celui qui joue complètement à vue:


Il ne jouera les notes qu’une fois qu’elles sont lues.

En effet, le morceau n’est pas du tout présentable, la pulsation est bien en dessous du tempo demandé mais le caractère principal de l’oeuvre est abordé, et les grands axes de la pièces seront vus.


Bien entendu, la mémorisation à vue existe ; à force de répétitions, l’oeuvre sera acquise.

Mais le support restera indispensable pour celui-ci.


Celui qui apprend par coeur :


Il commencera par jouer la main droite et la mémoriser.

Il fera de même pour la main gauche.

Puis il assemblera ses deux mains, et tournera en boucle sa première mesure.

Puis déchiffrera la deuxième mesure main droite seule, main gauche seule, puis les deux ensemble et cela ainsi de suite.


Au final, apprendre une oeuvre, et délaisser la partition, n’a que des mauvais côtés à mon sens.

Si vous avez appris tout par coeur, sans garder un regard sur la partition, êtes-vous capables de reprendre à la vingt-huitième mesure?

J’en doute fortement.


Imaginez-vous la scène, vous jouez avec un orchestre, le chef d’orchestre demande de reprendre à la soixante-treizième mesure, et vous levez la main et dites « puis je reprendre le début de la phrase ». Une fois ça peu passer, mais à la deuxième, il est fort probable qu’un violon vous atterrisse au visage.

Si c’est un stradivarius ce sera plutôt l’archet, et le chef d’orchestre ne pourra que s’en réjouir.


Un autre exemple : vous partez en vacances deux mois, pas de piano impossible de vous entraîner.

A votre retour il est fort probable que vous ayez oublié des mesures, car apprendre par coeur à ses limites, celui qui sait jouer à vue, n’aura qu’à lire les notes et tout reviendra très naturellement.



Je conseille donc à tous mes élèves de bien travailler le déchiffrage car par la suite, il ne vous sera que bénéfique contrairement au par coeur qui lui à ses limites.

J’ai pour habitude de faire des comparaisons pour bien mettre en image l’importance de la lecture de note, qui je le rappelle, est indispensable au bon déroulement d’un déchiffrage.


« Est-il possible de lire un livre sans connaître les lettres? »


« Est-il possible de faire des calculs sans connaître les chiffres? »


Cela va de soit, bien sûr que non!


Jouer de la musique écrite demande une vraie connaissance des notes, bien entendu la lecture n’est pas le seul facteur ; l’harmonie, les gammes, les arpèges, les intervalles, les rythmes, etc… sont des éléments indispensables qui vous aideront à l’assimilation des oeuvres.

Beaucoup trop de pianistes privilégient le jeu pianistique, pour certains atteignent même des niveaux techniques remarquables ; par ailleurs, ils mettent un temps fou à voir la fin de l’ouvrage, et oui car déchiffrer très lentement retarde considérablement la venue de la dernière mesure.


La majorité de mes élèves me pose tous la même question quand il s’agit de choisir une nouvelle pièce : « combien de pages y a t-il? »

Il serait bien triste de choisir un morceau de musique à la quantité de pages que propose le support.


Je souhaiterais également mettre un accent sur le fait que déchiffrer une partition ne sous-entend pas jouer toutes les notes. Dans un premier temps, le déchiffrage va vous permettre de découvrir le caractère général de l’oeuvre.

Je conseille d’ailleurs à tous les pianistes qui commencent une nouvelle pièce, de déchiffrer l’ensemble de l’oeuvre afin de se familiariser avec les phrases musicales, afin de découvrir la forme générale de l’ouvrage dans son intégralité.

Bien entendu en essayant de se rapprocher au maximum du résultat final, mais le déchiffrage est un prémisse, et non un résultat final.


En revanche, bien lire la musique sera un atout très favorable, cela vous permettra d’achever plus rapidement la pièce, et la mémoriser plus rapidement que celui qui met un temps fou à lire la moindre note.




Les exercices de lecture pour le Piano.


Déchiffrer une partition sous-entend, lire une partition de bas un haut « verticalement de gauche à droite » et avec les deux mains ; le but est avant tout de jouer la pièce et de s’en rapprocher le plus possible.


« Facile à dire mais c ‘est impossible pour moi »


Pas de panique!


Lorsque l’on a des lacunes en déchiffrage, cela sous-entend malheureusement que la lecture de notes est limitée (trop lente), que ce soit en clef de sol tout comme en clef de fa .


Pour cela, je préconise ardemment la lecture de notes horizontale (de gauche à droite) ;

dans un premier temps, la clef de sol puis la clef de fa.

Lisez tous les jours, les résultats se feront ressentir après une bonne grosse semaine.

Puis commencer le vrai travail de lecture soit la « lecture verticale », cela vous donnera une idée générale de votre niveau en lecture de note.


Par la suite jouer « à vue » de bas en haut de gauche à droite, et surtout éviter de regarder vos mains à chaque note car, sur le long terme, le clavier sera dans votre esprit.


Donnez-vous les moyens d’y parvenir, le travail en vaut la chandelle, car le piano certes demande des efforts très intenses, mais le bonheur qu’il vous offrira sera sans limites.


ATZ Music vous remercie de votre lecture


A vos déchiffrages les amis.




Anthony

259 vues4 commentaires